For the eighteenth annual competition of the John McMenemy Prize, the Canadian Journal of Political Science interviewed the short-listed nominees about their articles. The John McMenemy Prize is awarded to the best article, in English or French, published in volume 50 of the journal. Francesca Scala and Stephanie Paterson’s article, “Gendering Public Policy or Rationalizing Gender? Strategic Interventions and GBA+ Practice in Canada”, was one of the three short-listed nominated articles.

Please give us a nutshell summary of your nominated article, “Gendering Public Policy or Rationalizing Gender? Strategic Interventions and GBA+ Practice in Canada.”

Our article examines the challenges public servants face when conducting gender-based analysis (GBA+) in the federal government and the strategies they use to overcome them. A form of gender mainstreaming, GBA+ requires analysts to apply a gender lens to all policies and programs to identify and remedy differential impacts between men and women. Based on in-depth interviews with gender analysts and gender focal points, we show how despite the Canadian government’s formal commitment to applying a gender lens in its policy work, the practice of GBA+ continues to be fraught with tensions that emanate from pursuing an equality agenda within a public bureaucracy characterized by hierarchy and neutrality. Rather than abandoning their commitment to GBA+, however, we show how gender analysts use different strategies to make gender matter in their agencies.

We situate the case of GBA+ in Canada within the broader debate about the merits of pursuing a gender equality agenda through and within the state. For some feminist scholars and activists, the state is regarded as a useful if imperfect avenue for achieving feminist goals. Others, however, warn of the dangers of feminism’s cooptation by the state. The purpose of our study was not to resolve this debate. Instead, we aimed to show how gender analysts understood and navigated the challenges of ‘doing GBA+’ in the federal bureaucracy and strategized to make it a legitimate component in policy work. By bringing the voices of gender analysts to the foreground, we were able to show how they exercised their agency and carved out spaces within the bureaucracy to make gender a priority in their agencies. Employing discursive, institutional and relational strategies, gender analysts simultaneously used and pushed back against hierarchical bureaucratic discourses as they operationalized GBA+ in the federal public bureaucracy. These micro-level acts of resistance, on their own, will not lead to social transformation; however, by creating spaces for feminist knowledge and activism within the state, these local strategies can contribute to the broader feminist agenda. In sum, we challenge the idea that bureaucracies are necessarily antithetical to feminist and social justice projects, building on work that showcases the possibilities for change and transformation within and beyond the bureaucracy.

How did you come to be involved in research on the application of gender-based analysis in the federal service?

As feminist policy scholars, we are interested in the various ways feminists (dis)engage the state and to what effect. We are also interested in – and often skeptical of – how states respond to and take up those claims. GBA+ sits nicely at the intersection of these interests, pointing us to questions of expertise, feminist knowledges, bureaucratic power and influence, and activism that shape social politics within and beyond the bureaucracy. This is especially important in the current era, considering that the landscape of Canadian feminist politics has changed considerably. Since the late 1990s, feminist politics have been largely delegitimized and invisibilized. As the policy machinery withered away and the feminist movement lost influence and support in policy circles, GBA+ emerged as the primary mechanism through which to address inequality, thereby repositioning the bureaucracy, and gender expertise, as a key site of social politics. Our work therefore allows us to explore how femocrats, feminists working within the bureaucracy, work within this context to seek social justice.

Do you have any advice for graduate students or other scholars who might be interested in pursuing research on gender-based analysis?

The first thing to remember is that GBA+, even in ideal form, is just one node in which feminist policy work takes place. It is therefore not a panacea for social injustice and should not be evaluated as such. Even if GBA+ offers a radical and transformative mechanism for inequality, which is subject to debate to put it mildly, we still need social movements, academics, journalists, a diversity of public servants, and elected officials working in and across their respective areas to work towards social justice. On the other hand, however, GBA+ should not be dismissed as ineffective or conservative simply because it operates within governments. Governments have responded to demands for social justice and bureaucracies have changed over time; how GBA+ might work to trouble and/or transform these processes is an empirical question that should not be dismissed outright.

Tell us a bit about your current/next project. What are you working on?

We are currently working on a project that builds on and expands our previous study of gender experts within the federal public service. This SSHRC-funded project deepens our analysis of GBA+ at the federal level and extends our focus across the provinces, making it the first in-depth pan-Canadian study of gender-based analysis. Provincial-level studies are essential considering the reach provincial policy has in people’s lives. With the 2015 election of Justin Trudeau’s Liberal party, we’ll also be able to see whether or not a ‘feminist government’ enhances the transformative potential of GBA+.

—–

Dans le cadre du dix-huitième concours annuel pour la remise du Prix John-McMenemy, la Revue canadienne de science politique a interviewé les auteurs des articles en lice. Le Prix John-McMenemy est décerné au meilleur article, en français ou en anglais, publié dans le volume 50 de la revue. L’article de Francesca Scala et de Stephanie Paterson, «Gendering Public Policy or Rationalizing Gender? Strategic Interventions and GBA+ Practice in Canada», était l’un des trois articles en nomination.

Pourriez-vous nous donner un bref résumé de votre article sélectionné “Gendering Public Policy or Rationalizing Gender? Strategic Interventions and GBA+ Practice in Canada”.

Notre article examine les défis auxquels les fonctionnaires font face lorsqu’ils effectuent une analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) au sein du gouvernement fédéral et les stratégies qu’ils utilisent pour les surmonter. En tant que modalité d’intégration de la problématique homme-femme, l’ACS+ exige que les analystes appliquent une perspective de genre à tous les programmes et les politiques mis en œuvre afin d’identifier les impacts différentiels entre les sexes et d’y remédier. En nous fondant sur des entrevues approfondies avec des analystes des questions de genre et des responsables de la coordination pour l’égalité des sexes, nous montrons comment, malgré l’engagement formel du gouvernement canadien à appliquer une perspective de genre dans son travail d’élaboration des politiques, la pratique de l’ACS+ continue d’être entachée de tensions qui émanent de la poursuite d’un programme d’égalité au sein d’une bureaucratie publique caractérisée par la hiérarchie et la neutralité. Nous montrons comment, plutôt que d’abandonner leur engagement envers l’ACS+, les analystes du genre utilisent différentes stratégies pour qu’au sein de leurs organismes l’égalité entre les sexes ne soit pas un vain mot.

Nous situons le cas de l’ACS+ au Canada dans le cadre d’un débat plus large sur le bien-fondé de la poursuite d’un programme d’égalité des sexes par l’entremise et au cœur de l’État. Pour certaines chercheuses et militantes féministes, l’État est considéré comme une voie utile, bien qu’imparfaite, pour atteindre les objectifs féministes. D’autres, cependant, mettent en garde contre les dangers de la cooptation du féminisme par l’État. Le but de notre étude n’était pas de résoudre ce débat. Nous avons plutôt cherché à montrer comment les analystes des questions de genre ont compris et géré les défis de l’ACS+ à l’intérieur de la bureaucratie fédérale et ont élaboré une stratégie pour en faire un élément légitime de l’élaboration des politiques. En mettant au premier plan la voix des analystes du genre, nous avons pu montrer comment elles ont agi et taillé des espaces dans le méandre de la bureaucratie pour faire de l’égalité des sexes une priorité au sein de leurs organismes respectifs. Utilisant des stratégies discursives, institutionnelles et relationnelles, les analystes du genre ont utilisé et repoussé les discours bureaucratiques hiérarchiques, en même temps que l’ACS+ devenait opérationnelle dans la sphère publique fédérale. Cependant, en créant des espaces pour le savoir et l’activisme féministe au sein de l’État, ces stratégies locales peuvent contribuer à l’agenda féministe plus large. En résumé, partant des travaux qui montrent les possibilités de changement et de transformation au sein et au-delà de la bureaucratie, nous contestons l’idée que les bureaucraties sont nécessairement contraires aux projets féministes et de justice sociale.

Comment en êtes-vous venue à participer à la recherche sur l’application de l’analyse comparative entre les sexes dans la fonction publique fédérale?

En tant que chercheuses féministes, nous nous intéressons aux diverses façons dont les féministes (dés)engagent l’État et avec quelles répercussions. Nous sommes également intéressées – et souvent sceptiques – par la manière dont les États réagissent à ces revendications et les acceptent. L’ACS+ se trouve à l’intersection de ces intérêts, nous dirigeant vers des questions d’expertise, de connaissances féministes, de pouvoir et d’influence bureaucratique et d’activisme qui façonnent la politique sociale à l’intérieur et au-delà de la bureaucratie. C’est particulièrement important à l’époque actuelle, étant donné que le paysage de la politique féministe canadienne a considérablement changé. Depuis la fin des années 1990, les politiques féministes ont été largement délégitimées et invisibles. Avec la disparition des mécanismes politiques et la perte d’influence et de soutien du mouvement féministe dans les cercles politiques, l’ACS+ est devenue le principal mécanisme de lutte contre l’inégalité, repositionnant ainsi la bureaucratie et l’expertise en matière de genre en tant que site clé de la politique sociale. Notre travail nous permet donc d’explorer comment les fémocrates, les féministes travaillant au sein de la bureaucratie, travaillent dans ce contexte pour rechercher la justice sociale.

Avez-vous des conseils à donner aux étudiants des cycles supérieurs ou à d’autres universitaires qui pourraient souhaiter poursuivre des recherches sur l’analyse comparative entre les sexes?

La première chose à retenir est que l’ACS+, même sous sa forme idéale, n’est qu’un point de jonction dans lequel s’effectue le travail politique féministe. Elle n’est donc pas une panacée contre l’injustice sociale et ne devrait pas être évaluée comme telle. Même si l’ACS+ offre un mécanisme radical et transformateur pour l’inégalité qui, pour le dire avec modération, fait l’objet d’un débat, nous avons encore besoin de mouvements sociaux, d’universitaires, de journalistes, d’une diversité de fonctionnaires et d’élus actifs dans leurs domaines respectifs pour œuvrer à la justice sociale. D’autre part, cependant, l’ACS+ ne devrait pas être rejetée comme inefficace ou conservatrice simplement parce qu’elle fonctionne au sein des gouvernements. Les gouvernements ont répondu aux demandes de justice sociale et les bureaucraties ont changé au fil du temps ; la façon dont l’ACS+ pourrait contribuer à troubler et/ou transformer ces processus est une question empirique qui ne devrait pas être rejetée d’emblée.

Parlez-nous un peu de votre projet actuel/suivant. Sur quoi travaillez-vous?

Nous travaillons actuellement à un projet qui s’appuie sur notre étude précédente auprès des spécialistes des questions d’égalité des sexes au sein de la fonction publique fédérale. Ce projet financé par le CRSH approfondit notre analyse de l’ACS+ au niveau fédéral et étend notre champ d’action à l’ensemble des provinces, ce qui en fait la première étude pancanadienne approfondie de l’analyse comparative entre les sexes. Les études au niveau provincial sont essentielles compte tenu de la portée de la politique provinciale dans la vie des gens. Avec l’élection du Parti libéral de Justin Trudeau en 2015, nous serons également en mesure de voir si un « gouvernement féministe » améliore le potentiel transformateur de l’ACS+.

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *